OPUS 14 de Kader Attou aux Gémeaux, Scène Nationale de Sceaux

OPUS 14

Kader Attou
une création Biennale de la Danse de Lyon 2014
pièce pour 16 danseurs

en première les 12, 13, 15, 16 et 17 septembre au Toboggan centre culturel de Décines

direction artistique et chorégraphie : Kader Attou
interprétation : Mickaël Arnaud, Sim’Hamed Benhalima, Damien Bourletsis, Amine Boussa, Sarah Bouyahyaoui, Bruce Chiefare, Babacar “Bouba” Cissé, Virgile Dagneaux, Erwan Godard, Nicolas Majou, Kevin Mischel, Jackson Ntcham, Artem Orlov, Mehdi Ouachek, Nabil Ouelhadj, Soria Rem
musique : Régis Baillet – Diaphane
scénographie : Olivier Borne
création des peintures originales : Ludmila Volf
lumières : Denis Chapellon
costumes : Nadia Genez

production : CCN de La Rochelle / Poitou-Charentes
coproduction : Biennale de la Danse 2014, La Coursive, Scène Nationale de La Rochelle, Les Gémeaux, Scène Nationale de Sceaux, MA Scène Nationale, Pays de Montbéliard et CHATEAUVALLON Centre National de Création et de Diffusion Culturelles


 Avant-propos du chorégraphe
« Dans la succession de mes créations, OPUS 14 représente un nouveau rendez-vous porté par seize danseurs hip hop d’excellence. Dans la continuité de Prière pour un fou, des Corps étrangers, de Symfonia Piesni Zalosnych, et de The Roots, ma recherche chorégraphique me conduit aujourd’hui à développer l’idée de masse. Comment de ce collectif dansant, une dynamique s’imprime, s’inscrit dans l’espace ? Comment de ce principe fondamental au mouvement, les danseurs se jouent de la gravité. Comment, comme en apesanteur, ils portent l’idée d’élévation. Puissance, altérité, engagement, poétique des corps. Fondamentalement, OPUS 14 est une pièce hip hop.

Seize danseurs, hommes et femmes, voyagent ensemble à mes côtés. La force des corps en mouvement est ici une véritable traversée collective où se mêlent intimement un hip hop poétique, fragile, sensuel, et un hip hop de la virtuosité, sans exclusion. OPUS 14 dessine des lignes de force où les corps dans l’image, les danseurs et la scénographie de Olivier Borne associés à la musique de Régis Baillet esquissent un véritable tableau vivant.

En danse hip hop, la singularité du danseur est première. Elle est une quête perpétuelle et en même temps un signe d’appartenance, de reconnaissance par les pairs. Cette notion d’individualité dans le groupe, dans la masse nourrit de longue date ma démarche de chorégraphe. Dans le frottement des différences, dans la reconnaissance des similitudes, des parentés du geste et des énergies, la  communauté dansante se déploie, l’émotion et le sens surgissent.

Depuis toujours, la danse hip hop se définit comme inséparable d’un certain engagement de ses acteurs à la cité et au monde. Cet OPUS 14 se veut aussi un hommage aux plus faibles comme une ode à l’humanité dansante. »
Kader Attou


Premières dates (saison 14/15) :

2014
septembre
création les 12, 13, 15, 16 et 17 septembre au Toboggan centre culturel de Décines
dans le cadre de la Biennale de la danse de Lyon 2014

octobre
le 11 à Sainte-Maxime, le Carré Léon Gaumont

novembre
les 6, 7, 8 et 9 novembre à Sceaux, Les Gémeaux, Scène Nationale

décembre
du 17 au 20 décembre à La Coursive, Scène Nationale de La Rochelle


2015
avril
le 21 et 22 avril au CNCDC de Châteauvallon

automne
Miramas, Théâtre La Colonne, en option

décembre
du 14 au 17 décembre à Montpellier – Le Corum, en option

du 25 décembre au 1er janvier à Paris – Théâtre National de Chaillot, en option

2 total comments on this postSubmit yours
  1. Référence à une oeuvre musicale avec un tel titre ?? ou juste idée que cette pièce soit déjà référencée ?
    ou rien à voir avec la musique classique

  2. Bonjour à vous – et merci pour The roots vu hier soir à Laval où je vis et où j’ai implanté une Cie de Théâtre (olivier Borne – grand ami – est notre scénographe depuis longtemps).
    Il y aurait beaucoup de choses à dire sur ce grand moment qui renouvelle les codes de la danse ! C’est en tout cas un spectacle qui peut faire venir ou revenir un autre public dans les théâtres… Mais l’institution…
    Merci aussi pour la voix de Colette Magny…
    Moi qui suis un « démarcheur » de Germaine Tillion depuis longtemps… Je me suis dit que tiens: elle pourrait apparaître quelque part un jour dans une de vos oeuvres…
    Bravo encore !
    François BECHU
    0608770651

Commentaires

Please enter your name

Your name is required

Please enter a valid email address

An email address is required

Please enter your message

Centre Chorégraphique National de La Rochelle © 2017 All Rights Reserved

Mentions légales — Développpement : antichambre