La Cie S’Poart – Mickaël Le Mer / Rouge

Cie S'Poart © Le Poulpe
Cie S'Poart © Le Poulpe
Cie S'Poart©Ernest Abentin

Cie S’Poart – Mickaël Le Mer / Rouge

Création les 7 et 8 au octobre 2014 à l’EPCC – Le Quai d’Angers

En représentation au CCN Chapelle Fromentin
jeudi 13 novembre à 20h30

Pièce chorégraphique pour sept danseurs

En résidence au CCN du 22 au 27 septembre 2014
dans le cadre de l’accueil studio

Rencontre avec un chorégraphe
le 25 septembre 2014 à 18h30 au CCN Chapelle Fromentin,
entrée libre sur réservation au 05 46 00 00 46


À propos de Rouge :

Le leitmotiv : “Tout est rouge”

« La couleur rouge est visuellement éclipsée, elle n’apparaît ni dans les éléments scénographiques, ni dans les costumes, ni dans les lumières. Le spectacle est en noir et blanc, mais le rouge est omnipotent, de part les états de corps, la chorégraphie, l’émotion, ce qui est vu et ressenti.

Couleur ambiguë, elle joue sur les paradoxes et anime des sentiments intenses et passionnels en totale contradiction : amour/colère, sensualité/sexualité, courage/danger, ardeur/interdiction…

Que les passions qu’elle provoque soient bénéfiques ou néfastes, cette couleur ne laisse donc pas indifférent et c’est là toute sa force.

Le rouge est véritablement l’état global du spectacle. Si la pièce chorégraphique n’était pas “rouge”, tout serait alors différent.

« Pas à pas, sur le chemin du souvenir, je reviens vers la ville où nos vies se sont mêlées et défaites. La ville dont nous étions la flore, la ville qui jeta en nous des conflits qui étaient les siens et que nous imaginions être les nôtres, bien-aimée Alexandrie »

Lawrence Durell, Le Quatuor d’Alexandrie

Dans la majorité des images choisies pour évoquer le rouge, la structure du triangle apparaît comme une évidence. Le triangle se retrouve dans la structure de la composition chorégraphique, dans la musique avec l’utilisation du ternaire, ou encore dans la scénographie en exploitant des angles. Le triangle peut être autant le symbole du déséquilibre que de la puissance. Il évoque également la polarité féminine : ▼ ou masculine : ▲


Le parti pris gestuel

« Pour cette création, je souhaite m’appuyer sur une écriture dite “contemporaine” basée sur des techniques de danse hip hop, mais aussi sur de la danse contact, dans la continuité des pièces précédentes.

Les danseurs retenus pour cette création sont tous pourvus d’une haute technique en break dance. Certains des danseurs ont développé une gestuelle hybride en suivant des formations en danse classique et/ou danse contemporaine. Les interprètes ont des gestuelles et des rapports au sol discordants, l’idée est de s’appuyer sur ce contraste entre les danseurs pour soutenir le propos de la pièce.

Le paradoxe du rouge se ressent dans la chorégraphie et dans la gestuelle : dans un rapport frontal au public, faire émerger la force et la masculinité ; et dans un rapport opposé, dos au public, se laisser envahir par la créativité et la féminité. »


La musicalité

« Comme pour les précédentes créations, une collaboration avec un compositeur et plusieurs musiciens donnera lieu à une composition originale. Il y aura donc une composition musicale à plusieurs pistes mais aussi des compositions minimalistes et des ambiances. L’idée est de travailler sur des rythmes ternaires à l’instar du triangle.

Par ailleurs, la danse en silence me séduit particulièrement depuis In Vivo, elle permet d’écouter le danseur, de lui laisser la place à lui et à sa danse. Des micros seront placés autour du plateau pour capter en direct les sons émis par les mouvements des danseurs, leurs pas, leurs chutes, … aussi, nous souhaitons utiliser des micros pour capter le souffle et la respiration des danseurs, mais également des capteurs cardios pour saisir leur rythme cardiaque.

Depuis Instable , Fabrice Tison nous accompagne pour spatialiser la composition musicale, par un système de multidiffusion sonore. L’intention est de créer un système de diffusion sonore original afin de sortir des codes de représentation classique en cassant le rapport frontal qui s’opère entre les spectateurs et les danseurs sur scène. Il s’agit de faire en sorte que les sons produits sur scène soient diffusés dans divers endroits de la salle pour permettre une immersion totale du public dans la pièce et ainsi accentuer la perception et les émotions qui suscitent les sons et la musique. »


L’organisation dans l’espace

« Dans chaque création, je mets délibérément l’accent sur l’organisation dans l’espace en choisissant des scénographies mobiles aptes à démultiplier les espaces scéniques. L’occupation de la scène par les danseurs et le travail de l’espace sur différents plans sont aussi primordiaux. Avec Olivier Menanteau, nous recherchons une scénographie qui permettrait de créer et de dissocier différents espaces sur le plateau. Dans mes précédents travaux, la conception de la chorégraphie, la lumière et l’utilisation de la scénographie ont été conçues de façon géométrique, ici la géométrie sera axée sur le triangle.

Pour Rouge, je pense utiliser une scénographie, qui contrairement aux précédentes créations, ne prendra pas la forme de “mobilier”, cependant je tiens à ce qu’elle me permette de redéfinir l’espace urbain de manière poétique. Avec le scénographe, nous sommes en phase de recherche pour déterminer dans un premier temps la forme de la scénographie, puis dans un second temps nous réfléchirons à la matière. L’idée de travailler sur des sols de différentes matières (plexiglas, moquette, miroir, tapis …) permettra aussi de dessiner différents espaces. »

Mickaël Le Mer


Direction artistique et chorégraphie : Mickaël Le Mer

Danseurs interprètes : Dara You, Aurélien Désobry, Nicolas Sannier, Teddy Verardo, Thomas Badreau, Dylan Gangnant et Giovanni Leocadie

Lumières : Nicolas Tallec

Scénographie : Olivier Menanteau aka Moon – www.mxtr.com

Création vidéo : Guillaume Massif

Musiques : Julien Camarena

Costumes : Amandine Fonsin

Spatialisation sonore : Fabrice Tison

Production : la cie S’Poart,

Coproduction : le CNDC d’Angers, le Grand R – Scène Nationale de La Roche-sur-Yon et dans le cadre de l’accueil studio : le CCN de Créteil, le CCN de La Rochelle, le CCN de Rillieux-la-Pape.

La compagnie est soutenue par le ministère de Culture et de la Communication – DRAC des Pays de la Loire dans le cadre de l’aide à la compagnie, le Conseil régional des Pays de la Loire, la Ville de La Roche-sur-Yon, la SPEDIDAM et l’ADAMI.

 

Rouge les premières dates de tournée

19 au 22 novembre 2014, Le Grand R – Scène Nationale de La Roche-sur-Yon,

16 et 17 décembre, L’Espace Malraux – Scène Nationale de Chambéry et de Savoie,

29 janvier 2015, Le Carreau – Scène Nationale de Forbach,

du 15 au 19 mars 2016, La Maison de la danse à Lyon…


Le site de la compagnie : www.spoart.fr

Photo ©Ernest Abentin ou Le poulpe

 

 

 

Centre Chorégraphique National de La Rochelle © 2017 All Rights Reserved

Mentions légales — Développpement : antichambre