La cie Hors Série – Hamid Ben Mahi en représentation pour Sekel
Sekel ©Bun Phannara
Sekel ©Bun Phannara
Sekel ©Bun Phannara

dans le cadre des 30 ans des CCN et des 30 ans du Hip Hop
Mémoire & répertoire #3

la cie Hors Série – Hamid Ben Mahi / Sekel

en représentation au CCN Chapelle Fromentin : jeudi 23 avril 2015 à 20h30

plein tarif : 5 € / tarif réduit : 3 € (Étudiants, moins de 18 ans, demandeurs d’emploi, bénéficiaires du RSA, intermittents du spectacle) / tarif Pass’culture : 2 €


Danseur, chorégraphe et directeur de la cie Hors Série, Hamid Ben Mahi a acquis au fil de son expérience, une connaissance de l’univers de la danse hip hop : son histoire, ses principaux acteurs, ses codes. Son travail sur le mouvement et son apprentissage du vocabulaire, enrichissant sa formation et ses créations, l’entraînent à privilégier une réflexion sur le sens de la danse et de la prise de parole sur un plateau. L’avenir du hip hop, les motivations essentielles des danseurs, le message véhiculé constituent ses interrogations.

Créée en 2004, Sekel – pièce emblématique du répertoire de la cie Hors Série – est une rencontre avec des danseurs hip hop comme un retour à la source : savoir qui l’on est et pourquoi l’on danse. Conçu comme un processus de recherche, les expériences passées de chacun servent l’évolution d’un milieu, du groupe et poussent au dépassement des limites actuelles de la discipline. La technicité ne suffit plus : il faut aller ailleurs, là où le spectateur ne nous attend pas, pour lui offrir des pistes de réflexions nouvelles, afin de changer les clichés encore valable aujourd’hui d’une “certaine” jeunesse et d’une “certaine” banlieue.

Répondant à l’invitation pour avril 2015 du Festival RépertoireS dans l’agglomération bordelaise à reprendre une pièce du répertoire de la compagnie, Hamid Ben Mahi a choisi de remonter Sekel avec la majorité de la distribution originale tout en faisant un pas de plus dans le processus de la pièce. Au cœur de l’œuvre Sekel, se trouvent six artistes-interprètes aux histoires personnelles, aux origines sociales et aux parcours professionnels très différents. Sekel porte un regard sur le cheminement de ces six individus devenus danseurs hip hop professionnels. Nous souhaitons aujourd’hui nous interroger sur le devenir de chacun d’entre eux.
Exercent-ils toujours le métier de danseur ?
Sont-ils devenus chorégraphes, enseignants, ou ont-il au contraire tourné une page avec la danse ?
Est-ce que les représentations sur la danse hip hop ont évolué selon eux ?


direction artistique : Hamid Ben Mahi
danseurs : Hamid Ben Mahi, Babacar Cissé, Guillaume Legras, Salem Mouhajir, Stéphanie Nataf, Yasmin Rahmani,
lumière : Antoine Auger
création son : Nicolas Barillot
régie son : Sylvain Gaillard
accessoires : Marc Valladon
installation vidéo : Alain Unternehr
décor vidéo en collaboration avec Élan Films
régie générale : Antoine Auger

production : cie Hors Série
en coproduction avec l’Odyssée – Scène Conventionnée de Périgueux, l’Office Artistique de la Région Aquitaine, le réseau “De scènes en scènes” de Lot-et-Garonne, les Rencontres de la Villette 2004, le CCN de Biarritz (accueil studio 2004) et Initiatives d’artistes en danses urbaines (Fondation de France – Parc de la Villette – Fonds social européen)

ce spectacle est soutenu par le Cuvier de Feydeau (Artigues-près-Bordeaux) et par la Fondation Beaumarchais (aide à l’écriture)

la cie Hors Série est conventionnée par la DRAC Aquitaine, subventionnée par la Région Aquitaine, le Conseil Général de la Gironde.

Hamid Ben Mahi est artiste en partage au CCN de La Rochelle.


Sekel, le teaser :


Sekel, la presse en parle :

« Au Grand Bleu, le chorégraphe Hamid ben Mahi présentait Sekel, pièce douce-amère qui donne la parole à chacun des danseurs, et pas n’importe lesquels, tous des pionniers : Babacar Cissé, Guillaume Legras, Sébastien VelaLopez (Lokos), Stéphanie Nataf et Yasmin Rahmani.(…) Comment le hip-hop, jusque-là jeune et virtuose, va-t-il faire avec des corps qui ont vingt ans de danse dans les pattes et dans la colonne vertébrale ?
(…) La maturité apporte chez chacun une note grave : le hip-hop n’a plus vraiment envie de faire l’amuseur public. Rien d’amer toutefois : les danseurs s’accrochent à leur danse comme à un rêve fou, rendant hommage aux premiers smurfers aux gants blancs. (…) Ces six-là, ce n’est que du bonheur. C’est ce qui est écrit sur un de leurs tee-shirts » .
Marie-Christine Vernay, Libération – 1er novembre 2004

Commentaires

Please enter your name

Your name is required

Please enter a valid email address

An email address is required

Please enter your message

Centre Chorégraphique National de La Rochelle © 2017 All Rights Reserved

Mentions légales — Développpement : antichambre