La danse et les créations chorégraphiques de Kader Attou se caractérisent en particulier par une poétique où l’expression des sentiments est centrale. Chorégraphe engagé, un des traits de sa signature se situe dans la dimension imageante de la musique qui porte l’émotion.

 

Depuis l’âge de vingt ans, Kader Attou est emmené par la Symphonie n°3 dite des Chants plaintifs, Symfonia Piesni Załosnych, de Henryk Mikołaj Górecki. La version enregistrée par la soprane Dawn Upshaw et le London Sinfonietta, dirigés par David Zinman, est le socle de la nouvelle pièce de Kader Attou. Pour la première fois, il s’attache ici à l’intégralité d’une oeuvre musicale. La partition s’articule autour d’une lamentation féminine, faite de ténèbres et de lueurs, de mélodies lentes et simples emplies de larmes, de sang, de souvenirs, de morts et du désir de vivre.
La douceur des corps répond sur scène, à la douceur des cordes. Dans le frottement des aspérités de chaque danseur, Kader Attou fabrique une communauté de corps où l’émotion et le sens surgissent, offrande humaniste de la danse.
Au-delà des styles, le geste dansé est préservé comme un cadeau précieux, reflet de la richesse de l’humanité. Kader Attou ne cherche pas l’uniformisation des corps en mouvement. Le chorégraphe fonde cette création sur la singularité de chaque danseur et la reconnaissance des similitudes, des parentés du geste et des énergies de la communauté dansante. La sincérité de cette dialectique des différences résonne en chacun de nous…

Chorégraphie : Kader Attou
Musique : Henryk Mikołaj Górecki Symphonie n°3 pour soprane et orchestre, opus 36
Éditions Chester / Éditions Mario Bois-Paris
Lumières : Françoise Michel
Costumes : Nadia Genez
Interprétation : 10 danseurs

Production : Centre Chorégraphique National de La Rochelle, Kader Attou / Cie Accrorap
Coproduction : Festival Montpellier Danse 2010, La Coursive – Scène Nationale de La Rochelle, Chaillot, Théâtre national de la Danse
Théâtre Jean-Vilar de Vitry-sur-Seine, Grand Théâtre, scène conventionnée pour la danse – Ville de Lorient

Avec le soutien du Conseil Général du Val-de-Marne

« La pièce, pour dix danseurs, est saisissante. La danse, très physique, transmet des émotions inattendues. Les corps souffrent, s’affrontent puis se retrouvent dans des images de fraternité. Il ressort de la chorégraphie, enveloppée par les magnifiques lumières de Françoise Michel, une harmonie sereine. Car dans cette musique qui a accompagné de nombreuses années de sa vie d’homme, Kader Attou veut entendre des lamentations mais aussi beaucoup d’espoir. » Marie-Valentine Chaudon – LA CROIX

« Avec dix danseurs, le chorégraphe tente d’incarner cette partition délicate, donnée dans son intégralité. Un véritable pari où l’on retrouve ses thèmes de prédilection comme le métissage, les origines, les autres cultures, la foi, la rencontre avec l’autre… Sur un plateau plongé dans une quasi-obscurité, Attou délie son hip-hop pour y glisser un autre fil, plus contemporain, plus doux aussi. Avec un je-nesais- quoi de spectral dans le mouvement. » Rosita Boisseau – TÉLÉRAMA

« Il y a des chorégraphes qui, avec le hip-hop, s’amusent du mouvement à tout prix. Kader Attou a passé cette phase : né du hip-hop, c’est la poésie qu’il traque maintenant. Les dix danseurs peuvent bien évoluer en tennis, La chaussure du hip-hop, la chorégraphie les jette dans l’élan et le mystère, soutenus par les clairs-obscurs laiteux qui nimbent la scène : courses, quêtes, pertes, retrouvailles dans une douceur qui semble exorciser jusqu’à l’idée même du mal ou de la vengeance. » Ariane Bavelier – LE FIGARO

« Les danseurs plongent dans une danse profondément humaniste laissant émerger leur singularité. Inspirés par une musique entre lamentations et cri d’espoir, ils composent une partition engagée dont ils semblent ne pas sortir indemnes. Le spectateur non plus. » Claudine Colozzi – LA VIE

ANNÉE 2014
27 février, Cusset, Théâtre…

ANNÉE 2013
15 février, Thaon les Vosges, Théâtre de la Rotonde,
22 février, Elancourt, le Prisme
4 avril, Martigues, Théâtre des Salins,
29 mai, Bastia, Théâtre Municipal,

ANNÉE 2012
20, 21 mars : Quimper, Théâtre de Cornouaille,
27 mars : Creil, La Faïencerie,
29 et 30 mars : Saint-Ouen, Espace 1789,
3 avril : St Etienne-du-Rouvray, Le Rive Gauche,
6 avril : Châteauvallon, CNCDC,
12 et 13 avril : Bordeaux, Casino Barrière,
11 mai : Segré,
30 mai : Tarbes, le Parvis – Scène Nationale,

ANNÉE 2011
17, 18, 19 et 20 février, Barcelone, Mercat de les Flors – Espagne,
21 avril, Firminy, Maison de la Culture,
27 avril : Evry, Théâtre de l’Agora, Scène Nationale d’Evry et de l’Essonne,
3, 4, 5 et 6 mai, Besançon, Théâtre de l’Espace,
24 et 25 mai, Thonon-les-Bains, Maison des Arts de Thonon-Evian,
29 septembre, Varsovie, Pologne,
7 octobre, La Rochelle – La Coursive, Scène Nationale,
4 et 5 novembre, Vitry-sur-Seine – Théâtre Jean-Vilar,
8 novembre, Mâcon – Scène Nationale,
15 novembre, Privas – Théâtre,
17 novembre, Echirolles – La Rampe,
19 novembre, Annemasse – Château Rouge,
22 novembre, Décines – Le Toboggan,
25 novembre, Narbonne – Le Théâtre, Scène Nationale,
30 novembre, Noisy-le-Sec,
2 et 3 décembre, Lorient – Grand Théâtre,
14 décembre, Angoulême – Théâtre, Scène Nationale,

ANNÉE 2010
24 septembre, Arcachon, Théâtre Olympia – Scène conventionnée, Festival Cadences,
10, 11, 12 et 13 novembre, Paris, Théâtre National de Chaillot,
26 et 27 novembre, Cavaillon, Théâtre – Scène Nationale,
3 décembre, Sète, Scène Nationale de Sète et du Bassin de Thau,
6 et 7 décembre, Bourges, Maison de la Culture,

Le CCN de La Rochelle
Cie Accrorap
Direction Kader Attou

Reprise de création pour la saison 2020/2021

Création 2010
Montpellier Danse