Hors ligne

Dans cette pièce pour une musicienne, deux danseurs et neuf demies-sphères, la chorégraphe nantaise Julie Ollivier s’intéresse à la cécité, à la connexion à soi et au monde. À la croisée des esthétiques hip hop et contemporaine, dans un décor évoquant le braille, conçu par le graffeur nantais The Blind, les trois interprètes s’ignorent, se trouvent, se fuient, se cherchent, se guident…

Hors ligne est une proposition tout terrain de la Cie S. Elle mélange la musique jouée en direct, la danse contemporaine et la danse hip-hop.
Elle met en scène trois humains très différents qui cherchent à se connecter à aux même, aux autres et à l’environnement en présence.

Des sphères blanches, des fils, des machines, des instruments, des corps dansants. Du break, de la fluidité, de l’énergie, de la vitesse, de la douceur, des certitudes, de l’hésitation. Des yeux ouverts, des yeux fermés.

Dans un décor évoquant le braille, conçu par le graffeur nantais The Blind, les
trois interprètes s’ignorent, se trouvent, se fuient,se cherchent, se guident.
Ils entrent en interaction avec un lieu, un public et explorent le visible et l’invisible à la recherche de ces moments ou tous nos sens sont en éveil et où les corps, les sons et l’espace se confondent pour ne faire qu’un.
Par une écriture qui détourne et rassemble différentes disciplines artistiques (danse, graffiti, deejaying) , hors ligne imagine un univers qui évoque la cécité le lien humain, la connexion à soi et au monde.

La Compagnie S voit le jour en 2015 avec l’envie première de créer un espace d’expression ouvert, propice à la rencontre, à l’expérimentation, et au mélange des formes artistiques. Elle propose aujourd’hui spectacles, performances chorégraphiques et musicales, ateliers de pratique.
La Compagnie S porte notamment les projets de Julie Ollivier, chorégraphe et danseuse qui développe un travail à la croisée des esthétiques hip hop et contemporaine en étroite collaboration avec musicien et dj.
Ainsi on retrouve dans ses propositions une attention toute particulière portée au son en direct jouant et rejouant ainsi les liens musique/ danse et les rapports entre corps, mouvement, espace et temps.
Guidée par l’humain, Julie puise tout autant dans ses propres ressources émotionnelles et sensibles que dans un processus d’observation et d’analyse de terrain.
S’immerger pour mieux nourrir mouvement, écriture et propos. Sa manière d’aborder la chorégraphie trouve son substrat dans un principe d’altérité.
Ne cherchant que rarement une uniformisation du geste mais plutôt l’essence et la singularité de chacun pour trouver une harmonie, une justesse, une sincérité, ne se refusant ni abstraction ni narration.
Portée par la notion de groupe et l’aventure du collectif, elle a à cœur de créer une fabrique artistique permettant dialogue et circulation des corps et des pensées.


Julie Ollivier
Chorégraphe et danseuse
Guidée depuis toujours par l’ouverture et la curiosité, Julie s’est formée en goûtant à la diversité et à la richesse de la danse. A la fin des années 90, deux rencontres, l’une avec Yasmin Rahmani (Cie HB2) et l’autre avec Lola Keraly, vont intensifier son désir de danser et poser les premiers fondements. C’est vers la danse contemporaine et hip-hop qu’elle concentre alors son travail. Elle multiplie rencontres artistiques et expériences de corps. Durant cette période, elle nourrit une gestuelle emprunte d’oppositions et de jeu sur les ruptures.
Elle prend part à différentes aventures en tant qu’interprète mais ressent parallèlement l’envie de chorégraphier et mener ses propres projets. Sa rencontre avec l.atipik, dj turntablist nantaise, sera déterminante et lui permettra d’imaginer des formes où danse et musique se retrouvent fortement imbriquées. En 2014, elle suit une formation sur la composition chorégraphique au CND de Pantin. Ses envies artistiques s’affinent et son chemin s’affirme.
Julie développe alors spectacles et performances aux côtés de plusieurs activistes de la scène musicale nantaise. Son credo est clair : s’immerger, chercher, nourrir échanges et liens humains et ainsi créer une émulation et une poétique forte et sincère à chaque projet.
En 2019, elle participe au programme Edition Spéciale, une formation pour dix chorégraphes, initiée par Mathilde Monnier au Centre National de la Danse.
Également diplômée d’état en danse contemporaine, la transmission et le partage des savoirs tient une place fondamentale dans son parcours et dans son positionnement

Chorégraphie : Julie Ollivier
Musicienne, narratrice : Sophie Girard
Danseurs : Jérôme Lebreton, Ollivier
Scénographie : The Blind

En résidence au CCN
du 15 au 19 mars

sortie de résidence jeudi 18 mars à 18h30
à la chapelle Fromentin

entrée libre
information — réservation:
05 46 00 00 46