Cie Mira / Idiomas, au Théâtre de la Coupe d’Or à Rochefort

Cie Mira / Idiomas

Plateau partagé entre la Coupe d’Or et le CCN

en représentations au Théâtre de la Coupe d’Or à Rochefort le 12 mai à 20h30 et le 13 mai à 19h30
plus d’infos en cliquant ici : sur le site du Théâtre de la Coupe d’Or

en résidence au CCN du 27 au 31 janvier puis du 2 au 5 février 2015

première étape de travail en Inde à Ahmedabad en janvier 2014

création à l’Espace culturel de Vendenheim, les 12 et 13 février 2015


L’une parle indien et anglais, l’un parle français et espagnol. L’un danse hip hop, l’une danse kathak. Les différences sont nombreuses : le sexe, la religion, les origines, la géographie, la culture, les traditions…
Depuis des années déjà, Vaishali Trivedi et Sébastien Vela Lopez communiquent dans les pièces d’autres chorégraphes grâce à leur danse, portés par leur corps. Aujourd’hui, leur envie est profonde de se retrouver sur un plateau et de pouvoir s’exprimer pleinement et à leur manière grâce à ce premier outil de communication. La danse devient alors parole et langage, elle brise les barrières posées par les différences profondes.
Comment se comprendre sans mots ? Et si la parole n’existait plus ? Et si le seul langage était le mouvement, pourrions-nous communiquer ? Le langage universel existe-t-il vraiment ?
C’est tout le propos de la rencontre entre Vaishali Trivedi et Sébastien Vela Lopez.

presse-IDIOMAS-ARAMINTA


direction artistique : Sébastien Vela Lopez
danseurs chorégraphes : Vaishali Trivedi, Sébastien Vela Lopez
lumières : Fabrice Barbotin
arrangement des musiques : François Esch


À noter en parallèle à la création d’Idiomas
Araminta
En parallèle à Idiomas, Yvonnette Hoareau créée Araminta, portraits de femmes, connues comme anonymes, qui l’ont bousculée et la bousculent encore, des femmes qui ne baissent jamais les bras. Yvonnette Hoareau cherche à extérioriser par sa danse des sentiments très personnels et très enfouis. Tant de questions existent autour de la condition féminine, toujours. Yvonnette Hoareau n’oublie pas les femmes dont on parle dans les médias, toutes ces femmes victimes de cas de violence conjugale, de viols, les femmes soumises par peur, par tradition ou même par amour.


http://compagnie-mira.fr

Commentaires

Please enter your name

Your name is required

Please enter a valid email address

An email address is required

Please enter your message

Centre Chorégraphique National de La Rochelle © 2017 All Rights Reserved

Mentions légales — Développpement : antichambre