Cie Melting Spot

Cie Melting Spot ©Dan Aucante
Cie Melting Spot ©Homard Payette
Cie Melting Spot ©Homard Payette

La cie Melting Spot – Farid Berki est compagnie en partage au CCN de La Rochelle depuis 2009

Cie Melting Spot – Farid Berki

« Quand on n’a pas de repères, on se les invente. Métisse franco-algérien, j’aime me définir comme Belge du Sud, alors il était normal de rassembler dans la compagnie des gens du cabaret, du hip hop et du jazz… la création naît des tensions, pas d’un politiquement correct. Le hip hop, c’est faire acte de résistance physique et morale, apprendre à se construire soi-même, avoir conscience de là d’où l’on vient pour savoir où l’on peut aller ».

Farid Berki

Pour en savoir plus sur Fluxus Game la prochaine création création de Farid Berki, cliquez ici !

Alliant l’univers hip hop avec celui d’autres cultures ou d’autres formes artistiques, la cie Melting Spot (créée en 1994 par Farid Berki) pratique son art de façon volontairement décalée.

Pour son chorégraphe Farid Berki, chaque courant artistique a son histoire et son vocabulaire propres mais il est possible d’établir des liens entre eux, de les croiser et de les enrichir mutuellement « parce que le langage du corps n’a pas de frontière ».
Considérant que la danse hip hop puise elle-même dans différentes sources, il s’autorise à se construire de nouveaux repères. Son inspiration oscille entre références populaires et savantes (Stravinsky, Kandinsky, Keaton, Schuiten, fanfares tziganes, films d’arts martiaux chinois…).

Il creuse ainsi un acte artistique qui, nourri de la confrontation des techniques lors de laboratoires de recherche, fait jaillir de nouvelles gestuelles et se perdre les repères et les codes. Un acte artistique qui, curieux de toutes les cultures en révèle les interstices, les espaces oubliés ou cachés.

Loin des formes et des figures hip hop spectaculaires, sa danse se cherche comme flux continu qui ne cesse jamais mais qui à l’intérieur se fragmente à l’extrême pour décaler les intentions, les situations et y insinuer la fragilité et le doute.
Ainsi, il bouscule les idées reçues tant en ce qui concerne le hip hop, qu’en ce qui a trait aux autres formes de danse et à leurs cloisonnements.

La compagnie développe en adéquation avec son activité artistique, de nombreuses actions de recherche dans le cadre de conférences dansées ou de formations avec des artistes professionnels mais aussi avec des amateurs parfois en cours de professionnalisation. Il s’agit d’aider à l’expression artistique d’individus ou de collectifs ou/et de soutenir et favoriser leurs parcours.

 www.ciemeltingspot.fr


 

Le parcours de la cie Melting Spot en quelques créations

Oud, création 2006
Duo hip hop et théâtre burlesque
Dans un monde qu’ils ne comprennent pas, deux êtres égarés tentent de communiquer en silence. Un langage jaillit de leur corps et les amène, malgré eux, à des situations absurdes et souvent sans issue. Pour rebondir, ils attendent patiemment un signal du ciel, du public ou du monde extérieur.

Direction artistique : Farid Berki
Interprètes : Farid Berki et Christophe Jean
Ambiance musicale : Malik Berki

Deng Deng ! création 2008
Création pour trois danseurs tchadiens
Trois hommes, dans un espace clos renvoient à la problématique identitaire du Tchad.
Se met en place une relation triangulaire infernale où chacun veut se singulariser, s’approprie l’espace et l’énergie du voisin tout en prônant l’unité. Ils affrontent ensemble ou séparément une histoire pesante qu’ils connaissent mal.
Par un traitement légèrement “coupé-décalé” et onirique de cette thématique, les danseurs nous renvoient, sans plainte ni misérabilisme à nos propres préjugés.

 « (….) Et cela se passe royalement. Deng, Deng ! est un trio d’une grâce sans afféterie. Rythmiquement, tout est en place ; et gestuellement, les bras et les mains tchadiens détournent l’ondulation hip-hop. Elles la portent sans limite. Quant à Farid Berki, qui signe cette chorégraphie, il acquiert une douceur qui s’allie à son raffinement. »

Marie-Christine Vernay, Libération – mars 2011

Chorégraphie et direction artistique : Farid Berki
Création musicale et musique live : Malik Berki
Danseurs – interprètes : Rodrigue Ousmane, Yaya Sarria et Berthoud Kodjina
Création Lumière et scénographie : Stéphane Matuszak et Farid Berki

Du Feel à retordre, création 2009
Recréation du solo de Farid Berki Sur le feel, créé en 2002
En 2002, Farid Berki ressent le besoin de débrouiller les fils de sa vie, de son identité, de son histoire, de sa danse avec Sur le feel.
L’artiste tel un funambule est face un dilemme : progresser pour se mettre momentanément hors d’atteinte alors qu’à chaque pas se profile le spectre de la chute. Sur le feel traduit cette impression de toujours flirter avec le point de rupture.

« Farid Berki présentait un solo plein de maturité. Il est passé maître dans ce jeu d’équilibriste incarnant divers personnages et inventant de multiples situations avec une écriture précise et virtuose. Sur le feel est un petit bijou. »

Danser, Mars 2003

En 2008, Farid Berki recrée ce solo pour Nabil Ouelhadj alors membre du collectif  6ème sens.
Ensemble, ils tenteront de trouver le feeling qui leur permettra de dépasser leurs limites.
Au-delà du travail de création, cette pièce est aussi une interrogation sur la transmission du répertoire et sa passation d’une génération à l’autre.

Chorégraphie : Farid Berki
Interprétation : Nabil Ouelhadj
Musique : Malik Berki
Lumière : Stéphane Matuszak

Hip Hop Aura, création 2009
Conférence dansée sur l’histoire improbable du hip hop
Présentée au CCN de La Rochelle en mai 2010 puis à l’Espace Bernard Giraudeau de Mireuil en février 2011
Hip Hop Aura  est une conférence illustrée et débridée autour de l’Histoire Improbable du hip hop avec de grands professeurs, conférenciers, danseurs, sorciers, chamans…  “Improbable” car ici, pas de rétrospective de ce courant, pas de visite guidée de son musée, pas de dépoussiérage des archives…
La filiation et les origines du hip hop sont trop complexes.
Alors plutôt que de proposer une lecture de son histoire simplifiée et linéaire, Farid Berki en donne sa mémoire subjective, imagée et ouverte sur le monde.
En jouant de l’esthétique et des discours convenus qui enferment ce mouvement dans des stéréotypes, il se lance dans une recherche utopique des racines de sa gestuelle et en propose sa propre traduction.
De la préhistoire à nos jours, des claquettes au Kung Fu, revisitez avec humour et (auto)dérision, les fauxdamentaux de cette culture.

Direction artistique et Chorégraphie : Farid Berki
Texte : Patrick Sourdeval et Farid Berki
Interprétation : Patrick Sourdeval, Johnny Martinage et Olivier Lefrançois

Vaduz 2036, création 2011
Opus abstrait au rythme de musique électronique
Vaduz 2036 était en répétition au CCN en février 2011

 « Vaduz 2036, un titre intriguant qui ne va pas sans nous rappeler les intitulés décalés des œuvres du peintre Kandinsky, cher au chorégraphe Farid Berki. En effet, celui-ci dans sa recherche sur les fondamentaux en danse hip hop poursuit une démarche analytique proche des peintres abstraits. Ainsi, développe-t-il un mouvement minimaliste sur des accords de musique électronique et notes de vidéo. Pour lui, la qualité du mouvement et son esthétisme dépeignent le sens.
Solo, trio, septet forment des secteurs colorés et composent des lignes non représentatives par analogie aux figures de base du hip hop (pop, lock…)

Un hip hop épuré, fort et esthétique ! »

Plaquette de saison 11- 12 du Théâtre en Dracènie de Draguignan

« Farid Berki – accompagné de six danseurs, proches de sa gestuelle, suspendue, penchée, décalée – endosse la blouse d’archéologue pour réinterroger la palette fondatrice de son langage. Dans une radicalité qui évacue toute virtuosité et tout effet, en quête d’un mouvement pur et autonome, Vaduz 2036 est une chorégraphie introspective où les corps, entre fulgurance et humilité du geste, révèlent une part indicible et émouvante de nous-mêmes. »

in le site de France Culture en 2011

 

Direction artistique et Chorégraphie : Farid Berki
Vidéo : Laurent Meunier
Lumière : Laurent Vérité
Musiques : Aphex Twin, Murcof, Ryoji Ikeda…
Danseurs : Farid Berki, Moustapha Bella, Cécile Delobeau, John Martinage, Sandrine Monar, Nabil Ouelhadj et Bernard Wayack Pambe
Collaborateurs :
Notateur : Jean-Marc Piquemal
Regard extérieur : Philippe Guisgand et Mic Guillaumes


 

Dernière création en tournée :

Double Je(u)
« Double je(u) possède la délicatesse d’un spectacle confidence tout en ayant l’impact d’une pièce à la physicalité masculine toute fois contenue.
Double jeu signifie servir deux partis à la fois, on dit également jouer sur deux tableaux. C’est de cette expression commune que s’empare le duo composé des deux figures masculines des chorégraphes et danseurs à la maturité bien affirmée.(…)
Le hip hop épuré et sophistiqué de Farid s’enrichit de la fougueuse et preste danse du Burkinabais. La malice et l’impétuosité voltigeuse de Serge-Aimé s’adoucissent par les figures serpentines de la danse fluide du chorégraphe urbain(…).
Taquinerie d’une belle et franche camaraderie Double je(u) signe le pacte d’un rituel fraternel à partager sans modération. »

Extraits d’un texte de Pascale Logié-Broussart pour le blog Lille-Dicidanse

Chorégraphes – interprètes : Farid Berki et Serge-Aimé Coulibaly
Création lumière : Fabrice Crouzet

Commentaires

Please enter your name

Your name is required

Please enter a valid email address

An email address is required

Please enter your message

Centre Chorégraphique National de La Rochelle © 2017 All Rights Reserved

Mentions légales — Développpement : antichambre