Cie Hors Série

Cie Hors Série ©Laurent Philippe
La Hogra ©Ian Grandjean
La Hogra ©Ian Grandjean

La cie Hors Série – Hamid Ben Mahi est compagnie en partage au CCN de La Rochelle depuis 2009

Cie Hors Série – Hamid Ben Mahi

La cie Hors Série
Installée depuis plus de dix ans sur les communes de Bordeaux puis de Floirac, la cie Hors Série, fondée et dirigée par le chorégraphe / danseur bordelais Hamid Ben Mahi, développe une recherche visant à mettre en question la danse hip hop en repoussant création après création les frontières de cette danse.
Il a su se confronter à d’autres disciplines artistiques, bousculer les codes de la danse contemporaine visant à inscrire sa démarche artistique dans l’histoire de la danse.
En prenant la parole pour dénoncer la discrimination (Chronic(s), Sekel, Faut qu’on parle !), les conditions des sans papiers en Europe (La Géographie du Danger d’Hamid Skif créée au CCN en janvier 2010) mêlant le hip hop et la danse contemporaine (On n’oublie pas), Hamid Ben Mahi n’a de cesse de réinterroger la danse et notre société. La volonté du chorégraphe de décloisonner la danse hip hop l’a amené en 2013 à créer le spectacle Apache, pièce pour cinq danseurs et deux musiciens, inspirée de l’univers d’Alain Bashung.
Hamid Ben Mahi créé un métissage des danses pour générer une gestuelle qui lui est propre. De la “Danse d’auteur” diront certains.
Après neuf créations, de nombreuses tournées nationales et internationales notamment européennes, la cie Hors Série contribue au rayonnement de la création artistique française à l’étranger.


Hamid Ben Mahi
Après des études chorégraphiques au CNR de Bordeaux où il a été médaillé d’or en Modern Jazz, à l’école supérieure de danse classique Rosella Hightower à Cannes et au sein de l’école d’Alvin Ailey à New York (USA), Hamid Ben Mahi dessine son destin de chorégraphe et développe son interprétation au côté d’artistes comme Philippe Découflé, Michel Schweizer ou encore Kader Attou.

En 2000, il crée la cie Hors Série et entreprend une recherche où il questionne l’identité du danseur hip-hop, son histoire, son vécu et sa volonté d’être sur scène.

Volonté qui le poussera à créer Chronic(s) en 2002 en collaboration avec Michel Schweizer, Sekel en 2004, Faut qu’on parle ! au Festival d’Avignon 2006 en collaboration avec Guy Alloucherie, On n’oublie pas au Festival Montpellier Danse 2007, La Géographie du Danger en 2010 puis tout dernièrement Beautiful Djazaïr créée en 2011 en collaboration avec la cie Mémoires Vives. En 2013, il créera Apache, pièce de groupe sur les œuvres d’Alain Bashung.
Hamid Ben Mahi est donc artiste en partage au CCN de La Rochelle et aussi artiste en résidence au Théâtre Louis Aragon, Scène Conventionnée danse dans le cadre du dispositif “Tremblay, territoire(s) de la danse” et en résidence à la M270, Maison des Savoirs Partagés sur la commune de Floirac.
De plus, il est régulièrement soutenu par le Malandain Ballet Biarritz dans le cadre du dispositif “Accueil Studio”, des scènes conventionnées danse et de nombreux lieux de diffusion et de création nationaux et internationaux sensibles à sa démarche artistique.

www.horsserie.org


Création 2014 en résidence au CCN du 8 au 18 septembre 2014

La Hogra
Création Novembre 2014 à Bordeaux dans le cadre du Festival NOVART
Pièce pour 5 interprètes

Une maison.
Une famille ni riche ni pauvre.
Un lendemain de fête où tout explose.

L’histoire raconte comment en une journée tous les membres d’une même famille, écrasée par la Hogra sont poussés à réagir de façon extrême et violente. En effet, victime de vexations au quotidien, les membres de cette famille recréent dans leurs relations intimes un système d’humiliation. Tous les membres de cette famille subissent et font subir la Hogra, mais comme tout système violent basé sur l’injustice, la Hogra pousse chacun dans ses derniers retranchements et il suffit d’une étincelle pour que tout explose…

« Hogra » est une expression arabe qui désigne l’oppression, le mépris. Elle est souvent perçue comme une forme d’agression, une atteinte à la dignité de chaque homme. La Hogra, c’est le sentiment d’injustice et d’humiliation que subit la majorité d’une population dans certains pays du monde arabe.

Chorégraphie et co-écriture : Hamid Ben Mahi / Dramaturgie et co-écriture : Hedi Tillette de Clermont Tonnerre / Scénographie : Camille Duchemin

Création musicale : Camel Zekri / Création lumière : Antoine Auger / Création son : Sébastien Lamy ou Sylvain Gaillard / Création vidéo : Christophe Waksmann

Interprétation : Hassan Razak – Danseur, percussions corporelles et comédien / Kheireddine Lardjam – Comédien / Nedjma Benchaïd – Danseuse, chanteuse et circassienne / Omar Rémichi – Danseur / Camel Zekri – Musicien

Coproductions : cie Hors Série, Théâtre National de Bordeaux Aquitaine, CCN de La Rochelle
Coréalisation : L’Office Artistique de la Région Aquitaine, le Festival NOVART Bordeaux.
Avec le soutien du CIRCa, Pôle National des arts du cirque Auch Gers Midi-Pyrénées, du Théâtre El Moudja- Mostaganem – Algérie, de Montpellier Danse, du Fonds SACD Musique de Scène.


 

Dernière création en tournée :

Apache
Pièce chorégraphique pour cinq danseurs et deux musiciens
Création le 19 janvier 2013 au Théâtre Louis Aragon – Scène Conventionnée pour la danse de Tremblay-en-France.

Hamid Ben Mahi a créé Apache en s’inspirant de l’univers d’Alain Bashung. Conçu comme un “concert corporel”, les cinq danseurs forment une communauté – qui n’est pas sans évoquer l’album instrumental du chanteur Réservé aux indiens – dans laquelle se dessine peu à peu des individualités.
Etats de corps, dérives mélancoliques, histoires d’hommes et de femmes, attraction et rejet, la danse de ces Apaches laisse transpirer une poésie à la fois instinctive et animale, intensifiée par la musique en live des deux musiciens de Bashung : Yan Péchin et Bobby Jocky. Apache ose le défi de croiser deux cultures en apparence contrastées : celle du rock français et du hip hop.

« Apache – né de la rencontre d’Hamid Ben Mahi avec deux musiciens d’Alain Bashung, le guitariste Yan Péchin et le bassiste Bobby Jocky – relève un défi de l’ordre de la double contrainte : se passer des mots de Bashung comme de ceux d’Hamid Ben Mahi pour raconter en mouvement l’histoire d’une bande d’indiens, deux filles et trois garçons, drôles d’Apaches battant le pavé et confrontant l’énergie du hip hop à celle du rock.
Solos, duos ou mouvements d’ensemble répondent aussi au remixage sonore sur un mode gestuel où le travail des bras et des épaules élabore une fraternité en actes, une façon souple et déterminée de s’épauler, de se soutenir et de canaliser une gestuelle qui prend appui au sol pour vriller les contraintes de l’espace, les maux de la solitude et du rejet (…).»

Fabienne Arvers, Les Inrocks – avril 2013 (extraits)

 

 

Commentaires

Please enter your name

Your name is required

Please enter a valid email address

An email address is required

Please enter your message

Centre Chorégraphique National de La Rochelle © 2017 All Rights Reserved

Mentions légales — Développpement : antichambre