Triple Bill#1

Triple Bill#1 / Kader Attou – Jann Gallois – Tokyo Gegegay

Création 2018
Première : 2-5 septembre 2018, Dance Dance Dance@ YOKOHAMA 2018


Dialogue croisé entre la France et le Japon, cette soirée, initiée par Dominique Hervieu, directrice de la Maison de la Danse de Lyon et directrice invitée du Festival Dance Dance Dance@YOKOHAMA 2018, a fière allure.
L’idée est de mettre deux chorégraphes (Jann Gallois et Kader Attou) au service d’un quintet de solistes hip hop japonais et d’y ajouter une pincée de street dance “made in Japan” (les Tokyo Gegegay).
Un Triple Bill#1 composé de : YŌSO (Éléments) – création 2018 de Kader Attou pour 5 danseurs japonais, Reverse – création 2018 de Jann Gallois pour 5 danseurs japonais et Tokyo Gegegay’s High School une chorégraphie des Tokyo Gegegay.


Dans le cadre de l’événement « Japonismes 2018 », Triple Bill #1 sera créé du 2 au 5 septembre 2018 pour Dance Dance Dance@ YOKOHAMA 2018, avec leur collaboration associée à celles de La Biennale de la danse de Lyon, de Chaillot – Théâtre national de la Danse et du Centre Chorégraphique National de La Rochelle / Cie Accrorap.

 

Premières en France :
Paris : 18-21 septembre 2018, Chaillot – Théâtre national de la Danse
Lyon : 25-28 septembre 2018, Biennale de la Danse

 

Puis en tournée en France de septembre à novembre 2018 et au Festival Shake ! du 7 au 9 novembre à La Coursive, Scène Nationale.

Un projet de coopération franco-japonaise autour de la danse hip hop

 

 

. Avant-propos
— AVANT-PROPOS

 

Dialogue croisé entre la France et le Japon, cette soirée, initiée par Dominique Hervieu, directrice de la Maison de la Danse de Lyon et directrice invitée de Dance Dance Dance@YOKOHAMA 2018, a fière allure.
L’idée est de mettre deux chorégraphes au service d’un quintet de solistes hip hop japonais et d’y ajouter une pincée de street dance « made in Japan ».
Kader Attou, figure majeure des danses urbaines, y peaufinera son goût des rencontres et des mélanges de cultures. Tout en portant haut son approche d’une gestuelle virtuose, YŌSO (Éléments) s’appuie sur l’identité propre à chacun des cinq danseurs, révélant chaque personnalité au fil de sa chorégraphie nourrie par le Godai.
Dans sa foulée, la révélation du moment Jann Gallois fera de sa pièce Reverse un défi.
Travaillant sur les différentes techniques du Bboying, la chorégraphe entend défier la gravité en renversant les corps.
Enfin, les danseuses de Tokyo Gegegay nous emmèneront pour une journée au lycée, le temps d’un examen de passage à leur image : fou, excentrique et drôle.
La danse des Tokyo Gegegay et de leur chorégraphe Mikey fait déjà un tabac au Japon, depuis les plateaux de télévision jusqu’aux vidéos de leur chaîne Youtube, visionnées plusieurs millions de fois.
Ce triple programme n’est pas une mince affaire.

. Distribution & mentions
– DISTRIBUTION & MENTIONS

Jann Gallois / Reverse

création 2018

Chorégraphie et scénographie : Jann Gallois
Distribution : Hayate, Jona, Katsuya, Sakyo & Takashi
Création lumière : Cyril Mulon
Création musicale : Christophe Zurfluh
Participation aux costumes : Hitomi Tsuchidaa

Durée : 20 mn


Kader Attou / YŌSO (Éléments)
création 2018

Chorégraphie : Kader Attou
Distribution : Hayate, Jona, Katsuya, Sakyo & Takashi
Création lumière : Cyril Mulon
Création musicale : Régis Baillet
Costumes : Hitomi Tsuchida

Durée : 30 mn


Tokyo Gegegay / Tokyo Gegegay’s High School

Mise en scène : Mikey
Chorégraphie : Tokyo Gegegay, Ryota Takaji
Création musicale : Mikey, Hidenori Ataka, Takayuki Sonohata
Création lumière : Nami Nakayama
Costumes : Mikey, Marie, Tankobu Mai
Interprètes : Mikey, Bow, Marie, Miku et Yuyu

Durée : 25 mn


Production déléguée :
Dance Dance Dance @ YOKOHAMA 2018 (Japon), Centre Chorégraphique National de La Rochelle / Cie Accrorap (France)

 

Coproduction :
Biennale de la danse de Lyon, Pôle européen de création – Ministère de la Culture / Maison de la Danse aide pour la Biennale de la danse de Lyon 2018, Chaillot – Théâtre national de la Danse, La Coursive, Scène Nationale de La Rochelle, La Rampe – La Ponatière, Scène conventionnée – Echirolles

 

Coréalisation :
Fondation du Japon
dans le cadre de JAPONISMES 2018

Avec le soutien de PARCO CO.,Ltd (Japon), de l’Institut français et de l’Ambassade de France / Institut français du Japon

. En savoir plus
— EN SAVOIR PLUS

 

Kader Attou
YŌSO (Éléments), création 2018
Durée : 30 mn


Chorégraphie : Kader Attou
Distribution :
Hayate, Jona, Katsuya, Sakyo & Takashi
Création lumière : Cyril Mulon
Création musicale : Régis Baillet
Costumes : Hitomi Tsuchida

 

Deuxième partie du Triple Bill #1, YŌSO (Éléments) est le fruit de l’immersion japonaise de plusieurs semaines de Kader Attou à Tokyo puis à Yokohama en résidence avec 5 danseurs hip hop japonais : Hayate, Jona, Katsuya, Sakyo et Takashi. Pour cette création, le chorégraphe s’est ainsi frotté en douceur à cette culture sensible et riche, avec curiosité et appétit.

YŌSO (Éléments) puise son inspiration dans le Godai mot composé de Go qui signifie « cinq », et Dai, qui signifie « grand » ou plus généralement : les cinq grands éléments. Tout ce qui existe ici-bas est régi par leur équilibre car ils permettent de décrire les cycles naturels du corps et du monde. Par ordre croissant de puissance, ils représentent la Terre, l’Eau, le Feu, le Vent et le Vide. Ce dernier est parfois associé au ciel, à la foudre ou au paradis.

Si dans sa pièce Kader Attou utilisent les quatre premiers éléments (la Terre, l’Eau, le Feu et le Vent), ce n’est pas dans l’idée de revisiter le Godai, ni d’en donner une lecture occidentale hip hop. Il s’en inspire avec humilité, force et poésie pour trouver de nouveaux chemins aux mouvements et y faire naitre la danse. Chercher des similitudes entre les corps hip hop en danse et les différents éléments du Godai, révéler des correspondances possibles entre eux et faire jaillir une énergie nouvelle d’où s’impose au final le mouvement

La recherche chorégraphique repose également sur les forces, les différences et la sensibilité de chacun des cinq danseurs. Elle les a amenés, petit à petit, vers des endroits dansés et des états de corps qu’ils ne supposaient pas, comme une rencontre positive, combinaison optimale des éléments du Godai.

Comme un écho, la musique de Régis Baillet, mariant musiques actuelles électroniques et sons d’instruments traditionnels japonais empreints du Godai, révèle cette danse et la sublime.

Ainsi est née YŌSO (Éléments), de la rencontre de l’univers de Kader Attou avec un Japon riche de ses traditions mais résolument contemporain.

 


 

Jann Gallois
Reverse, création 2018
Durée : 20 mn
Chorégraphie et scénographie : Jann Gallois
Distribution : Naoya Ohtsu, Takashi Utsumi, Hayate Kashiwazaki, Ryota Sakyo, Katsuya Miyazono
Création lumière : Cyril Mulon
Création musicale : Christophe Zurfluh
Participation aux costumes : Hitomi Tsuchida

 

Véritable performance physique et technique, Jann Gallois renverse les sens et engage les corps de cinq danseurs japonais issus du Bboying à ne plus décoller la tête du sol. Comment trouver un sens dans un monde irraisonné, comme celui d’aujourd’hui où l’on semble de plus en plus marcher sur la tête ?

Jann Gallois développe ici une écriture autour de différentes techniques phares de la danse hip hop dont elle est issue, tels que le Reverse, le Head Spin ou encore le Chair Freeze. Toute une déclinaison de mouvements impliquant cet appui constant de la tête au sol.

Chorégraphié au millimètre prêt, Reverse ne manque pas d’évoquer l’homme-machine pris dans la mécanique d’un système complexe et ordonné pour finalement laisser place à une composition circulaire qui arrondit les angles et fait progressivement naitre une osmose collective. Ce processus de création dans la contrainte est une habitude dans le travail de la chorégraphe.

 

 

Jann Gallois / Cie BurnOut
En 2012, après un riche parcours d’interprète, Jann Gallois se lance dans l’écriture chorégraphique, fonde la cie BurnOut et crée P=mg, solo neuf fois récompensé par des prix internationaux.
Très vite remarquée, Jann Gallois confirme sa signature artistique en échappant aux conventions de sa famille hip hop. Elle crée Diagnostic F20.9 en 2015 (une nouvelle fois en solo). En 2016, Elle crée ensuite le duo Compact puis le trio Carte Blanche, et signe sa première pièce de groupe en 2017 avec Quintette. Depuis septembre 2017, Jann Gallois est artiste associée à Chaillot – Théâtre national de la Danse ainsi qu’à la Maison de la Danse de Lyon.

 


 

Tokyo Gegegay
Tokyo Gegegay’s High School
Durée : 25 mn
Chorégraphie : Mikey
Création musicale : Mikey
Création lumière : Nami Nakayama
Costumes : Mikey, Marie, Tankobu Mai
Interprètes : Mikey, Bow, Marie, Miku et Yuyu

 

Pour ceux dont le nom du groupe Tokyo Gegegay (prononcé gai-gai-gay) est déjà familier, ce dernier est sans doute indissociable de l’image d’une de leurs pièces intitulées Tokyo Gegegay’s High School, qui a si fortement impressionné les spectateurs par son thème : l’image évocatrice de la vie dans un lycée de jeunes filles – toutes en uniforme – au Japon.
Avec cette création en 2018, Tokyo Gegegay a repris ce thème des lycéennes afin de développer une performance unique dans un espace clos qui est la salle de cours d’un lycée – symbole de multiples contraintes sociales pour les jeunes japonais. Cette pièce représente un témoignage de l’évolution du groupe Tokyo Gegegay, qui, après cinq années d’existence, mêle aujourd’hui le chant à leurs chorégraphies. Toutes les chansons qui accompagnent la pièce sont donc originales, notamment deux d’entre elles, créées à cette occasion. Bienvenus donc dans le monde du “Kitéretsu – mental – world3 (Univers mental extravagant), qui nous libère de tous les codes imposés par la société !

 

Tokyo Gegegay est un groupe composé de 4 danseuses – Bow, Marie, Miku et Yuyu – et de leur leader – Mikey. Le groupe a été fondé en 2013 par Mikey, qui était alors chorégraphe pour des stars de la pop japonaise telles que MISIA ou Miliyah Kato. La fondation du groupe s’est faite à l’occasion du concours DANCE@HERO JAPAN 5th SEASON (en lien avec le projet d’une émission télévisée intitulée DANCE@TV), dont il a remporté le grand prix avec des notes record. Depuis, le groupe donne des pièces de création, propose des chorégraphies pour les grands artistes ou pour la télé tout en étant aussi très actif dans des programmes d’éducation. Si on retrace son parcours, l’année 2015 est marquée par la participation au DANCE DANCE ASIA (un projet asiatique organisé par la Fondation du Japon et PARCO), qui leur a permis de danser au Viêt-Nam et aux Philippines. En 2016, avec le danseur-acteur Mirai Moriyama, le groupe s’est vu récompensé par le prix du Japan Dance Forum, comme premier groupe de street danse. Et la même année, il s’est produit dans la comédie musicale culte The Rocky Horror Show.
En 2017, le voilà qui fait ses débuts aux Etat-Unis et leur clip Gegegay no Kitaro connaît plus de 19 millions de spectateurs sur Youtube. En 2018, Tokyo Gegegay est invité à faire partie du Triple bill #1 présenté en Première à Yokohama dans le cadre du festival Dance Dance Dance@YOKOHAMA 2018. S’ensuit une tournée de 10 semaines en France et en Suisse, avec 26 représentations dans 12 villes, en passant par Chaillot – Théâtre National de la danse à Paris, la Biennale de danse de Lyon, et pour finir au Shake La Rochelle Hip Hop Festival.

 

Mikey
Le leader des Tokyo Gegegay, Mikey, est un performeur aux multiples facettes, qui est aussi chanteur, auteur et compositeur de ses chansons, metteur en scène et vidéaste. Les pièces qu’il réalise avec les membres de Tokyo Gegegay est un travail dont les détails sont assurés par la polyvalence de ce créateur. Il s’agit de pièces artistiques, élaborées sans aucune concession. Ainsi Mikey propose-t-il des créations libérées de toutes les conventions sociales, pour captiver ses spectateurs : une fois épris, impossible d’en sortir. Partant de la capitale nippone, son “Kitéretsu mental world” (Univers mental extravagant) ne cesse de prospérer, de se démultiplier au point d’envahir la planète.

 

. En tournée
— EN TOURNÉE

Deuxième semestre 2018

2, 3, 4, 5 septembre : Japon, Yokohama, Triennale Dance Dance Dance,

18, 19 20 et 21 septembre : Paris, Théâtre National de Chaillot,

25, 26, 27, 28 septembre : Lyon, Biennale de la Danse,

1 et 2 octobre : Chambéry, Espace Malraux, Scène Nationale,

4 et 5 octobre : Echirolles, La Rampe-La Ponatière, Scène conventionnée danse et musiques,

9 octobre : St Etienne, La Comédie, Centre Dramatique National,

12 et 13 octobre : Nanterre, Maison de la musique,

16 octobre : Rouen, Opéra de Haute-Normandie,

19 et 20 octobre : Brest, Le Quartz, Scène Nationale,

23 et 24 octobre : Mérignac, Le Pin galant, Festival International des Arts de Bordeaux (FAB),

31 octobre : Suisse, Vevey, Le Reflet,

2 et 3 novembre : Suisse, Fribourg, Théâtre l’Equilibre,

7, 8 et 9 novembre : La Rochelle, La Coursive, Scène Nationale (…)

 

Double Bill en tournée

13 et 14 novembre : Albi, Grand Théâtre Scène Nationale,

 





Développpement : antichambre