Cie Lady Rocks en résidence au CCN pour gYpsy

Cie Lady Rocks – Léa Cazauran / gYpsy
Pièce pour 4 artistes interprètes

En résidence à La Coursive du 13 au 17 mai
Sortie de résidence à La Coursive jeudi 16 mai à 18h30
Entrée libre et gratuite mais attention : nombre de places limitées.
Réservation obligatoire au 05 46 41 17 75


Pièce pour 4 artistes interprètes, gYpsy est la nouvelle création de la compagnie de danse hip hop Lady Rocks.
Originaux, excentriques, rebelles, anti-conformistes… les interprètes évoluent dans un monde qui ne leur sied pas.
A eux 4, ils représentent une bande de jeunes qui s’amuse autant qu’elle subit le passage de l’enfance à l’âge adulte. Un ensemble où la force du groupe leur permet de trouver leurs identités et mieux vivre dans cette société où ils peinent à s’adapter.
gYpsy est le message d’amour d’une génération en manque de considération, qui remet sans cesse tout en question pour chercher du sens.
Un véritable concentré d’énergie hip hop, de spontanéité et fraîcheur alliés à une grande sensibilité.


Note d’intention
« Avoir trente ans et réfléchir à des problématiques plus existentielles résonne désormais comme une urgence. Cette urgence fait écho à celle de ma génération, à sa spontanéité et à son impatience à vouloir tout faire et le plus rapidement possible. Nous nous heurtons à l’obligation de nous conformer à la norme et au culte de la performance qu’elle suppose. Mais que signifie être dans la norme ou au contraire être hors d’elle ?
Dans un monde rempli de règles que veut dire être marginal ?
J’ai envie de travailler sur ce rapport entre jeunesse et non conformisme.

Il m’importe en effet de montrer une vision désinhibée de notre jeunesse, alors qu’elle est en réalité figée dans une situation précaire, déstabilisée par la pression de réussir et fragilisée par la crise. Dans une certaine mesure, notre génération se révèle rebelle et s’oublie dans les abysses de l’excès pour fuir certaines réalités. Plus rien ne lui est automatique, dû, acquis, elle doit à présent trouver les moyens de se construire dans un certain chaos global (…).
Il s’agit donc de mettre en lumière ce paradoxe propre à la génération des trentenaires, pris en étau entre son désir très vif de s’exprimer et le poids des normes qui l’en empêche, entre un désir d’émancipation comme d’autonomie et la réalité de ces existences aux trajectoires multiples qui prennent le risque de s’y perdre.

A travers cette pièce, j’ai envie de lâcher prise, d’être au plus proche de ce que nous ressentons, de témoigner de ce que nous vivons, sans hypocrisie et faux semblants. Donner beaucoup d’amour à voir, celui d’une génération en manque de considération et qui remet sans cesse tout en question pour chercher du sens.

Sur scène quatre danseurs évoluent à travers un monde qui ne leur sied pas.
Originaux, excentriques, rebelles, anti-conformistes, ils représentent une bande de jeunes qui s’amuse autant qu’elle subit le passage de l’enfance à l’âge adulte. Ma pièce dessine le chemin de cette libération, condition d’expression des singularités de chacun. »
Léa Cazauran


Léa Cazauran a suivi une formation dans la première école de danse hip hop, dirigée par Thony Maskot. Repérée par Mathias Rassin, elle intègre la Meauxtown et y découvre ses spécialités, le locking et le top rock, danse très peu pratiquée par les femmes. Léa est artiste interprète pour Ousmane Baba Sy, Bouside Aït Atmane et Clémence Pavageau.
Elle crée en 2012 Lady Rocks, une compagnie entièrement composée de femmes avec la volonté d’amener le Top rock – pas de danse de préparation du breakeur avant d’aller au sol – sur scène et hors scène.
Lady Rocks, à la fois un “crew” et une compagnie – les membres sont visibles à la fois sur scène et dans le milieu des battles internationaux, donne aussi des stages de danse, ateliers pour tout public, enfants et artistes en voie de professionnalisation, ou professionnels.
Lady Rocks c’est un projet à 360° d’ouverture sur la danse dans différents espaces pluriels
et complémentaires : De la création, des shows, du battle, de la transmission.
Léa Cazauran ne manque pas d’associer des hommes à ces projets chorégraphiques au service de son propos, dépassant cette question du genre. Si Lady Rocks entièrement féminin a été au départ une nécessité pour émanciper et faire reconnaître une gestuelle, Léa Cazauran refuse les dérives d’un féminisme sectaire qu’elle trouve à la fois communautaire et néfaste. Elle vise la mixité afin de rendre visible l’interdépendance indéniable des deux sexes.


Chorégraphie : Léa Cazauran / Interprétation : Virgile Garcia, Lisa Dwomoh, Clémence Pavageau, Marie Priska Caillet/ Création musicale : Adrien Kanter & Stéphane Pigneul / Création lumière : Xavier Lescat / Costumes : Clémence Pavageau / Production et diffusion : Lou Germain

Production : SCOP CAE CLARA – Difstyle

Une photo ©Lisa Dwomoh pour la compagnie

16 mai 2019

Sortie de résidence à 18h30

à La Coursive SN de La Rochelle

Entrée libre et gratuite
mais attention
nombre de places limitées.
Réservation obligatoire
au 05 46 41 17 75

Commentaires

Please enter your name

Your name is required

Please enter a valid email address

An email address is required

Please enter your message

Centre Chorégraphique National de La Rochelle © 2019 All Rights Reserved

Mentions légales — Développpement : antichambre